Mesurer et augmenter notre contribution à la réduction d’impact de nos clients

Nous accompagnons une majorité de nos clients dans l’atteinte de leurs objectifs de réduction de leurs consommations d’énergie et d’émissions de Gaz à Effet de Serre chaque année.

À travers la redéfinition des stratégies de nos clients, la mise en œuvre de projets d’efficacité énergétique et EnR et la valorisation de Certificats d’Economies d’Energie, nous avons cherché à estimer l’impact en termes de réduction sur les deux dernières années.

Schéma récapitulatif des impacts des missions GreenFlex

Nous avons ainsi :

  • Identifié un gisement potentiel de 15 665 GWh d’économies d’énergies et de 15 309 ktCO2e de réductions d’émissions potentielles chez nos clients pour les 10 ans à venir, à travers nos missions de stratégie climat.*
  • Fait éviter à nos clients la consommation de 752 GWh d’énergie & l’émission de 142 ktCO2e par des projets de management de l’énergie et la mise en œuvre de travaux d’efficacité énergétique et d’EnR sur une durée entre 5 et 20 ans selon le type de projet.**
  • Prévu de faire réduire de 18 870 GWhc leurs consommations et de diminuer leurs émissions de 2 970 ktCO2e grâce aux projets financés dans le cadre de Certificats d’Economies d’Energie que nous valorisons.***

Quelle méthodologie de calcul pour ces données et équivalences ?

* Ces montants correspondent au potentiel de réduction évalué dans le cadre de nos missions de stratégie climat, schéma directeur énergies et autres études plus spécifiques. Il s’agit de missions (terminées en 2022 et 2023, CA > 20 k€ HT) visant à aider nos clients à évaluer et prioriser leurs actions de réduction de leurs émissions de GES ou de consommations d’énergie. Les réductions d’émissions de GES identifiées portent sur les scopes 1, 2 et/ou 3 de nos clients et sont comptabilisées à partir d’un gain moyen annuel projeté sur 10 ans. L’expression « potentiels identifiés » est utilisée car certaines recommandations ne seront pas mises en œuvre (priorisation, coût, faisaibilité, conjecture nationale et internationale, évolution des subventions…).

**Ces montants correspondent aux réductions de consommations d’énergie permises par nos services de sobriété et d’efficacité énergétiques. Il s’agit de réductions considérées comme effectives soit parce que nous les avons recommandées, pilotées et constatées, soit parce que nous avons accompagné la mise en œuvre du projet qui les a permises. Dans le premier cas, il est question d’actions d’accompagnement du management de l’énergie couplées à la mesure et au suivi des réductions (nous avons comptabilisé ici les réductions constatées la deuxième année de mise en œuvre et projeté sur 5 ans, durée moyenne de nos accompagnements sur ces sujets). Dans le deuxième cas, il s’agit de la mise en œuvre de travaux (calcul des réductions induites par les travaux mis en œuvre permettant une réduction des consommations et/ou un changement d’énergie utilisée entraînant une baisse d’émissions de gaz à effet de serre, les émissions liées à ces travaux ne sont pas prises en compte). La réduction en gain moyen annuel est projetée sur un nombre d’années variant de 5 à 20 ans selon le type de projet concerné. Ce type de mission va du conseil opérationnel (AMO) au suivi complet de projets « clé en main » en passant par la maîtrise d’œuvre. Les missions prises en compte sont ici celles terminées en 2022 et 2023, de plus de 20k€. Pour l’instant, nous n’avons pas pris en compte dans le calcul les impacts négatifs liés aux travaux ou à la fabrication du matériel. Cela fait partie de nos pistes de réflexion pour 2024 afin d’affiner notre calcul d’impacts.

***Ces montants correspondent à l’ensemble des réductions permises par des projets financés dans le cadre de certificats d’économies d’énergie (CEE) soit dans le cadre de fiches standards (prédéfinies par l’État) soit dans le cadre de fiches spécifiques (c’est-à-dire créées spécifiquement pour un projet et validées au cas par cas par l’État). Tous les projets sont pris en compte quel que soit leur montant. Étant donné les constats de l’ADEME sur la décomposition de l’efficacité du dispositif des CEE dans une étude de 2020, nous avons considéré ici que l’impact réel est de 82 % de ce qui est comptabilisé dans les fiches officielles pour ne pas intégrer notamment la part qui relève d’autres programmes et bonifications. Pour le calcul des réductions d’émissions de GES, nous avons appliqué un coefficient d’émissions correspondant au type d’énergie identifié dans chaque fiche. Pour l’instant, nous n’avons pas pris en compte dans le calcul les impacts négatifs liés aux travaux ou à la fabrication du matériel. Cela fait partie de nos pistes de réflexion pour 2024 afin d’affiner notre calcul d’impacts.

**** Équivalences calculées à partir des données recueillies dans les sources suivantes : https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/ et Consommation par habitant et par ville d’électricité en France – data.gouv.fr